Les bibliothécaires

Sophie et Rachel Gillet

Sophie Gillet est née en 1812 et sa soeur Rachel en 1815. Originaires d'une famille port-royaliste, elles possédaient une petite fortune qui leur permit de se consacrer toute leur vie durant au pieux souvenir de Port-Royal. Cultivées et instruites, elles entrèrent en contact avec Camet de La Bonnardière, responsable de l'ancêtre de la Société de Port-Royal et se chargèrent de la Bibliothèque.  Elles en trièrent et classèrent les ouvrages pour lui donner grosso modo son organisation actuelle. 

Photo de Sophie Gillet

Sophie Gillet

Photo de Rachel Gillet

Rachel Gillet

Dans la lignée des demoiselles de Théméricourt ou de Joncoux, elles copièrent les correspondances ou les manuscrits rares qui leur tombaient entre les mains avec méthode et minutie. Elles contribuèrent ainsi, directement ou indirectement, à plusieurs publications de textes. Elles avaient en outre constitué une collection privée de livres et de tableaux qui finirent par échoir, par le jeu des successions, en partie à l'Eglise d'Utrecht, en partie dans des fonds privés et en partie à la Société de Port-Royal. Rachel Gillet mourut en 1875 et sa soeur Sophie en 1877, non sans avoir transmis le témoin à Augustin Gazier.

Augustin Gazier

Fils de Gabriel Gazier, un ancien instituteur Tabourin devenu président de la Société de Saint-Augustin (l'ancêtre de la Société de Port-Royal), Augustin Gazier est né en 1844. Il grandit dans une famille austère et pieuse attachée à la mémoire de Port-Royal mais aussi à la connaissance et au savoir. Faisant montre de grandes qualités intellectuelles, il entra à l'Ecole Normale Supérieure en 1863 et passa l'agrégation de grammaire. Après un séjour à Montpellier, il revint à Paris et épousa la fille du proviseur du lycée Louis Le Grand. Docteur ès lettres en 1875, il entra à la Sorbonne comme maître de conférences en littérature française cinq ans plus tard. Il se consacra alors à ses tâches d'enseignement mais aussi au Comité des Travaux historiques du Ministère de l'Instruction Publique dont il était secrétaire, ainsi qu'à la rédaction de manuels et de dictionnaires. Suspect à cause de ses convictions à l'heure des grandes querelles religieuses, il eut une carrière universitaire plutôt décevante et ce n'est qu'à la veille de sa retraite, en 1913, qu'il fut nommé professeur.

Augustin Gazier, le grand historien du jansénisme

Au sortir de la Commune, jeune chercheur, il avait pu pénétrer dans la bibliothèque de la rue Saint-Jacques par l'entremise du baron Locré qui était alors le responsable de la Société de Saint-Augustin, malgré la méfiance des soeurs Gillet. Nommé bibliothécaire en 1877, à la mort de Sophie Gillet, il ne quitta plus cette fonction jusqu'à sa mort en 1922. Ebloui par les richesses des fonds, il sut les exploiter jusqu'à devenir un des plus grands historiens du jansénisme. Parmi de nombreux autres ouvrages, il fut notamment l'auteur d'une Histoire générale du mouvement janséniste.

 

Cécile Gazier

Sophie Gazier, à l'origine de l'organisation actuelle des fonds de la Bibliothèque de Port-Royal

Née en 1878, Cécile Gazier était la nièce d'Augustin. Elle se consacra toute sa vie à l'étude et à la mémoire de Port-Royal et entra à la Bibliothèque, aux côtés de son oncle, en 1902. Elle y réalisa un immense travail de catalogage. Le fichier manuel que les lecteurs continuent aujourd'hui à utiliser est d'ailleurs presque entièrement son oeuvre. Elle rédigea de nombreux articles et ouvrages consacrés à Port-Royal et, en particulier, à l'histoire des femmes qui furent proches de ce monastère. Elle disparut en 1936.

Marie Gazier

Fille d'Augustin Gazier, Marie Gazier est née en 1880. Vivant à Paris avec sa soeur, elle prit la succession de sa cousine Cécile à la tête de la Bibliothèque à la mort de celle-ci en 1936. Elle en assura la conservation des fonds et l'accueil des lecteurs jusqu'en 1960 date à laquelle, atteinte de la maladie d'Alzheimer, elle dut abandonner cette charge pour se retirer. Elle s'éteignit en 1966.

 

Louis Cognet

L'abbé Louis Cognet est né en 1917. Entré dans les ordres, il s'avéra être un brillant intellectuel qui marqua l'historiographie du jansénisme au XXe siècle et, au delà, les études historiques et littéraires sur le Grand Siècle. Ses nombreux travaux restent encore aujourd'hui des références incontournables. Revenu très affaibli de déportation, il entra en 1948 à la Bibliothèque que gardait alors Marie Gazier et effectua un important travail d'identification et de répertoire des fonds jusqu'à sa mort en 1970. Il a laissé à la Bibliothèque une centaine d'ouvrages anciens de sa collection personnelle se rapportant généralement au jansénisme ou aux querelles religieuses de l'époque. Une partie de sa bibliothèque personnelle est également conservée par les oratoriens.   Louis Cognet et Henry de Montherlant

Louis Cognet en compagnie de Montherlant lors d'une répétition de la pièce Port-Royal
Source : montherlant.be

 

André Gazier

Dernier fils d'Augustin Gazier, André Gazier est né en 1888. Il se joignit assez tard à la Société de Port-Royal mais quand sa soeur Marie dut quitter la Bibliothèque en 1960, c'est avec une grande dévotion qu'il en assura la succession. Son dévouement, son humour et sa connaissance des fonds ont laissé aux lecteurs qui l'ont connu un souvenir ému. Ceux-ci évoquent souvent, non sans craintes rétrospectives ce vieux monsieur qui, nonagénaire, continuait à grimper sur de hautes échelles. C'est grâce à sa disponibilité que la Bibliothèque commença alors à s'ouvrir aux chercheurs étrangers. Secondé par Mademoiselle Barenne à partir de 1979, il dut, du fait de son grand âge, se résigner à quitter sa chère bibliothèque en 1983. Il s'est éteint en 1987. 

Odette Barenne, Jean Mesnard et André Gazier

Odette Barenne et André Gazier 

entourant Jean Mesnard, récemment disparu

Odette Barenne

Issue d'une famille dont les contacts avec Port-Royal étaient anciens puisque son arrière grand-père avait été en rapport avec Sainte-Beuve, Mademoiselle Barenne fit sa carrière dans l'enseignement. Agrégée de grammaire en 1943, elle acheva son parcours professionnel en tant que proviseur de lycée. Entrée à la Bibliothèque en 1961 en tant que lectrice, elle y fit la connaissance d'André Gazier qui lui demanda de la seconder à partir de 1979. A partir de 1983, elle s'occupa seule de la Bibliothèque. Elle a en outre publié plusieurs travaux et articles, notamment sur la bibliothèque de Louis Isaac Lemaistre de Sacy. Au début des années 1990, quand furent successivement engagées plusieurs bibliothécaires professionnelles, elle prit un peu de recul vis à vis de la Bibliothèque mais n'en continua pas moins à assurer le relais en cas de vacance du poste. Membre de la Société de Port-Royal depuis le début des années 1980, elle nous a malheureusement quittés le 3 décembre 2002 après une longue et terrible maladie. Elle avait 87 ans.

 

La "période intermédiaire"

Dans la première moitié de la décennie 1990, la Bibliothèque de Port-Royal connut une petite révolution dans son mode de fonctionnement. En effet, alors que jusque là, les bibliothécaires avaient toujours été des bénévoles, des professionnels furent engagés pour la conservation des fonds et l'accueil des lecteurs. La première personne à avoir été engagée fut Madame Richard-Rossignol à laquelle succéda ensuite Hélène Grizot

C'est à cette époque qu'intervint Isabelle d'Hoop qui joua un rôle essentiel. Spécialiste du catalogage des livres anciens, directrice de la formation des bibliothécaires de l'Institut Catholique de Paris, elle fut chargée de mettre sur rails un inventaire complet et informatisé de la Bibliothèque. Après avoir formé à cette tâche ardue Hélène Grizot qui ne resta pas, elle dispensa son enseignement aux deux bibliothécaires actuels, Valérie Guittienne-Mürger et Fabien Vandermarcq. Actuellement, le catalogage se poursuit selon la voie qu'elle a tracée. Madame d'Hoop n'a toutefois pas quitté le monde de Port-Royal puisqu'elle est désormais membre de la Société de Port-Royal, de même que son mari, Vincent, qui en est le trésorier. 

 

Valérie Guittienne-Mürger

Je surveille les lecteurs...

Née un jour de fête nationale, en 1968, Valérie Guittienne a suivi des études d'histoire. Après avoir suivi la formation des bibliothécaires de l'Institut Catholique dirigée par Madame d'Hoop, elle est entrée à la Bibliothèque en 1997 comme stagiaire tout d'abord puis comme bibliothécaire à plein temps. Elle a épousé Arnaud Mürger en septembre 1999. Elle s'est spécialisée dans l'histoire du premier XIXe siècle (Empire et Restauration) et a brillamment soutenu, le 2 juin 2018, une thèse intitulée "Jansénisme et libéralisme : Les Nouvelles ecclésiastiques de Jean-Louis Rondeau (1806-1827)".

Depuis février 2018, Valérie dispose d'une page de présentation sur Wikipédia.

 

Fabien Vandermarcq

Né en 1968, Fabien Vandermarcq a suivi des études d'histoire. Il s'est spécialisé tout d'abord sur le Proche Orient contemporain, ce qui lui a donné l'occasion de poursuivre des études d'arabe. Grâce à la création d'un second poste, il est entré à la bibliothèque en 1998. Il est marié avec Constance Neyrand depuis octobre 2000. Ils ont deux  fils : Renaud, né en octobre 2002 et Thibaud né en juillet 2004 et une fille, Sophie, née en novembre 2007. Fabien Vandermarcq est le réalisateur de ce site web et le directeur de la revue Les Chroniques de Port-Royal.

Que cache ce sourire menaçant ?...

 

Laurence Alrivie et Aurore Carneiro

Aurore et Laurence nous ont rejoint entre 2005 et 2007 (pour Laurence) et 2014 (pour Aurore), dans le cadre de l'accord de pôle associé passé avec la BnF. Elles ont mis leur compétence de catalogueuses à notre service et se sont attelées avec enthousiasme à la (lourde) tâche qui les attendait, à savoir le catalogage exhaustif allégé de l'ensemble des fonds de la bibliothèque. C'est notamment grâce à leur travail que nous avons pu placer en ligne notre catalogue en 2008.

 

Photo d'Aurore Carneiro

Aurore Carneiro

 

 

Photo de Laurence Alrivie

Laurence Alrivie

 

 

 

Jean-Marie Bothorel

Les lecteurs venus nous rendre visite le lundi ont pu croiser Jean-Marie Bothorel. Depuis 2005, celui-ci se charge en effet bénévolement du cirage des reliures et de petites restauration.

Né en 1945, il a travaillé, après un passage au séminaire, au service des transfusions sanguines de Versailles pendant 35 ans. C'est par le biais d'Odette Barenne qu'il a adhéré à la Société des Amis de Port-Royal en 1996. Il a ensuite rejoint notre équipe, ce qui lui a permis de conjuguer ses deux passions : Port-Royal et les livres anciens.

Son travail est extrêmement précieux car il nous permet de conserver nos collections dans de bonnes conditions.

 

Jean-Marie Bothorel

 

La fine équipe

Valérie Guittienne-Mürger et Fabien Vandermarcq entourent Jean-Marie Bothorel, notre infatigable bénévole qui redonne tout leur éclat aux reliures de nos livres anciens.


Haut de la page
Retour à l'index Plan du site
La Société La Bibliothèque Activités Actualité Lecteurs Forum Liens Litteræ Catalogue Scriptæ

Dernière actualisation de la page : 2 janvier 2019

                                                                                                                                                               

© Société de Port-Royal 2001-2019

Informations et contact